Les collections

    La Préhistoire

    L'Age du Bronze

    L'Age du Fer

    L'époque romaine

    Le Moyen-Age et la Renaissance

    La collection de verres Art nouveau et Art déco

     

    La Préhistoire

    Les habitats les plus anciens découverts aux environs immédiats de Haguenau remontent à l'époque Mésolithique (Age de la Pierre taillée entre 8000 et 5000 avant J.C.). La chasse était, avec la cueillette, le principal moyen de subsistance. De nombreux petits silex taillés en forme de triangles qui servaient à faire les pointes des flèches et des harpons pour la pêche et  la chasse ont été retrouvés à proximité de ses habitats.
    Herminette de l'Age de PierreAu Néolithique (Age de la Pierre polie entre 5000 et 2000 avant J.C.), les hommes se sédentarisent, construisent les premiers villages, domestiquent les espèces sauvages, pratiquent l’élevage et cultivent aussi la terre. C’est également à cette période que l’homme façonne ses premières céramiques. Les sites néolithiques les plus proches sont situés au sud et sud-ouest de Haguenau, les archéologues y ont découvert des spécimens de haches qui montrent l'évolution des outils en pierre de cette période.

     


     

    L'Age du Bronze :

    1800 - 750 avant J.-C.

    Parure de bronzeCette période se caractérise par l'apparition des tumulus, buttes de terre et de pierres, sous lesquels sont ensevelis les morts. Le Musée Historique de Haguenau possède une collection d'objets provenant de plus de 750 sépultures de l'Age du Bronze et de l'Age du Fer découverts dans les nécropoles de la forêt de Haguenau. Ces sépultures furent fouillées au 19ème siècle par Xavier Nessel qui fit don de ces objets au musée. A la fin de l’Age du Bronze, l'incinération des morts se généralise et l'usage des tumulus disparaît pour céder la place à ce que l’on nomme les « champs d'urnes ». Qu’elles soient sous forme de tumulus ou d’urnes, les sépultures renferment le corps du défunt mais surtout ses objets de valeurs qui l’accompagnent dans l’au-delà. Les sépultures féminines renferment  essentiellement des céramiques richement décorées et des bijoux en bronze, corail et ambre alors que celle des hommes se distinguent par la présence d'armes en bronze.
    Céramique de l'Age du BronzeA cette époque le commerce était déjà très important : l'ambre que l’on a retrouvé, sous forme de perles et de plaquettes formant des colliers, était importé des gisements de la Mer Baltique. Le bronze quant à lui est un alliage de cuivre et d'étain, deux matériaux qu’il fallait aussi importer de régions lointaines.

     

     

     

     

     


     

    L'Age du Fer :

    750 - 50 avant J.-C.

    L’Age du Fer marque l’apparition d'une aristocratie dont la présence est matérialisée par de grandes sépultures princières.
    Le Hallstatt correspond au premier Age du Fer. Cette période doit son nom au site de Hallstatt, en Autriche, particulièrement riche en vestiges de cette époque. Elle est marquée par l'arrivée des Celtes venus d'Europe Centrale et par l’utilisation du fer, réservé à la fabrication d'armes et de quelques bijoux. L'essentiel des objets métalliques est encore réalisé en bronze. Les céramiques aux parois soigneusement lissées sont quelquefois ornées de décors peints.
    Détail plaque de ceintureC'est au Hallstatt Final que la métallurgie atteint son apogée par la mise en œuvre de techniques de plus en plus élaborées : de nombreux bijoux sont réalisés en tôle de bronze et ornés de décors poinçonnés, repoussés ou encore gravés. Les plaques de ceintures présentent souvent des  décors géométriques et quelquefois des motifs plus rares avec des hommes et  des animaux tel un cavalier sur son cheval.
    Oenochoe de l'Age du ferLa Tène correspond au second Age du Fer. Cette période doit son nom au site suisse du village de "La Tène" à proximité du Lac de N euchâtel. A cette époque, le commerce est très actif avec les régions méditerranéennes et plus particulièrement avec l'Italie d’où de nombreux objets ont été importés comme par exemple des œnochoés (cruches destinées au service du vin) en bronze  délicatement ouvragé. Vers la fin de La Tène les bracelets et les torques (grands anneaux portés au cou) en bronze massif sont quelquefois ornés de visages humains.

     

     


     

     

    L'époque romaine :

    50 avant J.-C. - 450 après J.-C.

    Jupiter-Taranis Gallo-RomainLe casque de légionnaire romain retrouvé à Drusenheim évoque l’importance de la présence militaire romaine en Alsace, frontière entre le monde romain civilisé et le monde barbare peuplé de germains. Au travers des inscriptions qui figurent sur le couvre-nuque, nous connaissons les noms et légions des cinq légionnaires qui ont tour à tour porté ce casque.
    Le cavalier terrassant un monstre à queue de serpent est la représentation d'une divinité que l’on trouve fréquemment dans l'Est de la Gaule : Jupiter-Taranis, association du dieu romain Jupiter et du dieu celte Taranis. Ce type de cavalier toujours représenté sur des colonnes était généralement situé à proximité de domaines agricoles ou dans la cour même des fermes où il devait avoir une fonction protectrice sur les cultures.
    Sigilée Gallo-romaineLe trésor de bronzes de Seltz est constitué de toute la "batterie de cuisine" d'une riche villa romaine avec des chaudrons, des seaux, des œnochoés et des plats étamés. La vaisselle, outre les récipients métalliques, était constituée de céramique commune, d'usage très courant et réalisée en argile suivant des techniques traditionnelles celtes. La céramique sigillée de couleur rouge est un produit de luxe importé d'Italie par les Romains. Progressivement, des ateliers locaux, tel celui de Heiligenberg dans la vallée de la Bruche, se mettent à produire cette vaisselle en grande quantité.


    Le Moyen-âge et la Renaissance

    Tête de Saint Jean BaptisteDe la fondation de Haguenau en 1115, ne subsistent que quelques sculptures romanes provenant du château et de la chapelle palatine détruits en 1677. Les premières monnaies frappées à Haguenau au 13ème siècle présentent d’ailleurs sur une face la silhouette du château impérial à laquelle se substituera très rapidement la rose qui orne les armoiries de la Ville.
    Haguenau possède dès les Moyen-âge, de nombreuses églises et couvents. L'église Saint-Georges, dont la construction débute au 12ème siècle, est la plus ancienne. Quelques témoignages de cette intense activité religieuse  sont exposés : des sculptures provenant du chevet de l’église St-Georges, des objets d'orfèvrerie, la tête reliquaire de Saint Jean-Baptiste, des sculptures en grès attribuées au sculpteur Lux Kotter et un vitrail représentant Le baiser de Judas.
    L’artisanat était très important à Haguenau, notamment la production de poterie en grès au sel et de carreaux de poêle qui servaient à chauffer les intérieurs alsaciens. Diebolt Lauber dirige vers le milieu du 15ème siècle un atelier de calligraphes et de miniaturistes qui réalisent des manuscrits enluminés. Ces livres connaissent une importante diffusion auprès d’une clientèle bourgeoise et aristocratique, et font de Haguenau un des grands centres de production de manuscrits.




    La collection de verres Art nouveau et Art déco

    Surtout de table YESO - Art décoPlus de 80 objets, issus de la collection de Jean-David Henninger, permettent de dresser un panorama exceptionnel de la production verrière en France au 19ème siècle et au début du 20ème siècle. L’Art nouveau est un mouvement qui tend à concilier l’art avec la fabrication industrielle qui se développe à cette époque. Il puise son inspiration dans la nature, les fleurs, insectes…  Quelques décennies plus tard, l’Art déco rejette la surcharge des motifs floraux au profit de figures animales ou féminines, de formes stylisées et géométriques.


    L’art régional

    Une salle présente des céramiques alsaciennes de la fin du 19ème et du 20ème siècle. C’est à cette époque qu’émergent une série d’artistes qui, par leur ouverture d’esprit et leur attachement à leurs racines culturelles, vont permettre à la région de se développer artistiquement parlant et d’ouvrir de nouvelles perspectives à l’Art alsacien.

    Site Sortir à Haguenau