Expositions passées


    Des manuscrits à l'imprimerie : le rayonnement du berceau haguenovien (octobre à décembre 2016)

    A l'aube du XVe siècle, Haguenau est un carrefour culturel et artistique dynamique. L'atelier de Diebold Lauber, copiste, illustrateur, auteur de manuscrits et enseignant, connait une activité soutenue. L'exposition a présenté Haguenau à cette époque et des ouvrages issus du fonds ancien de la Médiathèque à travers lesquels les visiteurs ont découvert l'histoire et les techniques de la production manuscrite et imprimée des XVe et XVIe siècles.


    Méta(L)morphoses, dialogue entre patrimoine et création des collections métal des Musées de Haguenau en partenariat avec la FREMAA (avril à juillet 2016)


    Haguenau, ville impériale, retrouve sa charte et son trésor (novembre à décembre 2015)

    Haguenau a remonté le cours de l'Histoire et a renoué avec son statut de ville impériale le temps d'une exposition. A cette occasion, trois des insignes impériaux du Saint Empire Romain Germanique ont été exposés : la couronne, le sceptre et le globe. Il s'agissait de 3 luxueuses copies prêtées par le Trifelsverein d'Annweiler en Allemagne. Une autre pièce exceptionnelle était de retour dans notre ville : la Charte de Franchises, octroyée en 1164 par l'empereur Frédéric Barberousse à la toute jeune ville de Haguenau. Ce document, prêté par la Bibliothèque de l'Université de Heidelberg, était de retour "à la maison" pour la première fois depuis 1812. L'exposition a également permis d'effectuer une visite virtuelle du château impérial de Barberousse, modélisation réalisée par le 28è Groupe Géographique de l'armée.

     

    Métamorphose(s), dialogue entre patrimoine et création des collections céramiques des Musées de Haguenau en partenariat avec la FREMAA (mars à septembre 2015)


    Enfance et enchantement, les Noëls d'autrefois (novembre à décembre 2014)

      La célébration de la Nativité donne lieu à des festivités liées naguère au solstice d'hiver. Dès l'Antiquité, on s'offrait des cadeaux et les Celtes avaient coutume d'allumer de grands feux   pour fêter le moment où le    jour commence à triompher de la nuit. : Saint-Nicolas, le Père Fouettard, Sainte Lucie... Noël était avant tout une fête religieuse. La messe de minuit, la crèche, le partage du repas, les petits fruits, la lanterne et les bougies avaient une signification spirituelle. Fête de la réconciliation et de l'espérance, Noël est aussi la fête des enfants.

     L'exposition a investit le Musée Alsacien et l'Espace St Martin de Haguenau pour faire vivre aux petits et aux grands ce moment lié au merveilleux. Elle a permis de recréer l'ambiance de cette fête au travers des vitrines de joutes anciens et de photographies d'époque.

      

     

     

     

     

    Bijoux Celtes - De trésors en création (juin à novembre 2014)

    Les collections les plus prestigieuses du Musée Historique de Haguenau concernent les bijoux de l'Âge du Fer. Afin de mettre en valeur cette richesse ainsi que le passé archéologique de la Forêt de Haguenau, l'exposition "Bijoux Celtes - De trésors en créations" a confronté parures, bracelets, colliers et autres torques à la création contemporaine avec le concours de créateurs indépendants et d'institutions artistiques et joallières reconnues (Musée de Minéralogie de Strasbourg, La Table d'Emeraude, Haute école des arts du Rhin, Pôle Bijou Baccarat).

     

     

     

     

    ArTandem - Relais d'art franco-allemand (janvier à juin 2014)

    ArTandem 2En janvier 2014 les villes de Haguenau et Landau ont fêté le 50e anniversaire de leur jumelage. ArTandem est un hommage à cette amitié, une transcription artistique.
    12 artistes alsaciens membres des "Artistes indépendants d’Alsace" (AIDA) et 13 artistes allemands, membres de "Gemeinschaft der Künstlerinnen und Kunstförderer e.V.-Karlsruhe" (Gedok), se sont portés volontaires pour participer à ce projet. Ils ont été tirés au sort pour former des équipes mixtes.
    Un relais artistique s’est alors mis en place au sein de chaque duo. Avançant ensemble, par étapes et par échanges, ils ont produit des oeuvres qui sont le fruit de cette création en tandem.

     

     

     

    La Forêt Vivante habillage urbain grand format (avril 2013 à mai 2014)

    A Haguenau, il n'y a qu'un pas entre la ville et la forêt. C'est ce que vous avez pu apprécier à travers l'exposition inédite et insolite « La Forêt Vivante » ! Dans les rues du centre-ville, des morceaux de forêt, tantôt faisant la part belle aux lumières, matières et couleurs des saisons. D'autres fois, montrant les hommes au travail ou encore la topographie particulière de cette forêt de plaine. Enfin, parfois fantastique, imaginaire ou mis en scène où l'humour et l'étrange ne sont pas absents. Avec le concours du collectif de photographes Chambre à part. 

     Empreintes de Créateurs (avril 2014)

    Heurtier

    Exposition vente de la Fédération Régionale des Métiers d’Art d’Alsace (FREMAA).

     

     

     

    30 ans des FRAC (2013)

    3 expositions dans le cadre des 30 ans des FRAC (Fonds Régionaux d'Art Contemporain) :

     Evasions urbaines à la Médiathèque

     Pièces Montrées à la Chapelle des Annonciades (un choix d’œuvres sur le concept universel et intemporel des quatre éléments)

     Jardins rêvés, jardins créés au LEGT Robert Schuman

    Noël Couleur Garance (décembre 2013)

    L'Espace Saint-Martin a accueilli une exposition d'artisanat d'art en hommage au "Rouge de Haguenau". La garance plantée au printemps est encore en terre. Ce n’est qu’à l’automne suivant qu’elle sera récoltée, les racines séchées puis broyées pour en extirper la fameuse teinture « Rouge de Haguenau ». Cette teinture qui a fait la fortune de la ville au 18e siècle a été mise à l’honneur par les artisans d’art de la Région. De l’ocre rouge, de la rouille jusqu’au vermillon tous les rouges sont à la fête. La mise en scène intègre une belle histoire de Noël qui joue le rôle de fil… rouge.

    Meisenthal déBoule au Musée Alsacien (décembre 2013)

    Le Musée Alsacien de Haguenau a invité à découvrir l’étonnant renouveau de la production des boules de Noël de Meisenthal depuis 1999. Le temps d’un hiver à Haguenau, ces objets en verre ont raconté l'histoire commencée en 1858 !
    Les boules de Noël imaginées par des créateurs contemporains ont côtoyé les modèles traditionnels dans un parcours inédit.

    Ateliers d'Art de France - Concours 2013 (décembre 2013)

    Le Musée Historique de Haguenau a accueilli une exposition de création d'excellence de 19 des participants au concours 2013 Ateliers d’Art de France. Avec le concours de la Fédération Régionale des Métiers d’Art d’Alsace (FREMAA).

     

     

    Mini-planètes, Hiver en Alsace et Haguenau-Landau (décembre 2013)

    Photo Alain Hulot3 expositions au Forum de Noël. Des photos originales et une découverte des villes jumelles.

     

     

     

    Etats d'âme à la Wolf Erlbruch (septembre à décembre 2013)

    Exposition de dessins de l'illustrateur allemand de livres pour enfants

     

     

     

     

    Auguste CAMMISSAR, paysages d’Alsace et d’ailleurs (2013)

    Affiche expo CammissarAuguste CAMMISSAR est né le 10 juillet 1873 à Strasbourg. Il commence sa carrière comme peintre-verrier après avoir fréquenté l’Académie de Karlsruhe. Il étudie également à Munich et à Vienne. En 1894, il devient l’assistant du directeur de l’Ecole des Arts décoratifs de Strasbourg et y enseigne comme professeur titulaire. Parmi ses élèves, on compte Luc HUEBER, un artiste reconnu au sein du Groupe de Mai.

    Le nom d’Auguste CAMMISSAR est parvenu à la postérité grâce aux vitraux qu’il réalise avec Paul BRAUNAGEL et pour lesquels il est primé à plusieurs reprises.

    L’exposition de la Chapelle des Annonciades a mis en lumière un autre aspect du talent d’Auguste CAMMISSAR. En effet, il était plus important pour lui d’être estimé comme artiste-peintre ordinaire que comme peintre-verrier. Il réalise ainsi de nombreuses aquarelles, gouaches et peintures à l’huile. Il aime portraiturer ses proches, son père, sa femme et sa fille. Mais son sujet de prédilection reste le paysage. Après 1920, il se consacre essentiellement au paysage alsacien, de la ville au vignoble et en toutes saisons.

    Erwin HEYN, La musique des lignes

    A l’occasion de l’inauguration de l’Espace Saint-Martin et pour leur 1ère exposition en ce lieu, les musées de Haguenau vous ont proposé de découvrir les œuvres de l’artiste contemporain Erwin Heyn : collages, gravures et sculptures sur le thème de la musique.

    Erwin Heyn est né à Vendenheim en 1941. Il vit et travaille à Eckartswiller en Alsace. D'abord peintre, il a travaillé dans l'atelier de Willi Meister pendant son séjour en Suisse (1962-1966). Il s'est ensuite initié à l'eau-forte puis s'est très rapidement tourné vers la technique de l'aquatinte qui lui a apporté la reconnaissance du public. Il profite aussi de son séjour à Jockgrim en Allemagne en 1984, où il a obtenu le prix décerné par la Mobil Oil Ag de Wörth et le Zehnthaus de Jockgrim, pour fréquenter l'atelier du sculpteur Karl-Heinz Deutsch et se familiariser avec les techniques de la sculpture.

    Après avoir travaillé pendant de nombreuses années uniquement en noir et blanc, il aborde la couleur par le biais de la gravure sur bois et réalise ses œuvres à partir de 3 planches et des 3 couleurs primaires. La richesse des couleurs et les matières obtenues lui ouvrent de nouvelles voies qu’il utilise dans ses collages. D'abord proches des paysages, ses collages évoluent peu à peu vers des formes plus architecturales puis vers l'abstraction.

     Anne-Sophie Tschiegg (2012-2013)

    Expo anne-Sophie Tschiegg

    Anne-Sophie Tschiegg, mulhousienne de naissance, signe depuis plus de vingt ans de sa touche personnelle, les programmes et les affiches annonçant les manifestations culturelles initiées par le Relais Culturel de Haguenau. Son œuvre picturale, est moins connue du public, mais elle n’en est que plus attachante. Les compositions florales d’Anne-Sophie Tschiegg nous invitent à explorer un univers empreint de délicatesse, chargé de poésie, où se mêlent figuration et abstraction.

     

    Simon Levy (2012)

    Expo Simon LévyCe fervent admirateur de Paul Cézanne a su, au travers de ses natures mortes, ses paysages et surtout ses portraits, analyser et restituer l’art du grand maître. Il fonde en 1919, avec une dizaine d’autres artistes alsaciens, le Groupe de Mai, dont on considère qu’il est le chef de file. Il est remarqué par les plus grands critiques d’art et ses expositions en France et à l’étranger montrent régulièrement ses peintures  aux côtés de celles du peintre cubiste André Lhote, qui est un ami proche. Surtout préoccupé par la recherche de la perfection dans son art, sa production picturale peu abondante est principalement constituée de beaux portraits, de natures mortes et de paysages.

    Georges Daniel Krebs (2011)

    Georges Daniel KrebsOriginaire de Brumath, Georges Daniel Krebs fut un artiste fécond et un grand coloriste. Il peignit à l’huile et à l’aquarelle, au pinceau comme au couteau et réalisa aussi des nombreuses gravures et lithographies. Ses peintures représentent des animaux, des paysages, des marines, des allégories, des natures mortes et aussi des scènes du quotidien.

     

     

     

    Lucien Binaepfel (2010)

    Lucien BinaepfelOriginaire de Rixheim, près de Mulhouse, Lucien Binaepfel (1893-1972) bénéficie dès l’âge de 16 ans d’une formation artistique qui le mène de l’Ecole de Dessin de la Société Industrielle de Mulhouse aux Académies des beaux-arts de Stuttgart puis de Munich, où il découvre l’Expressionnisme. De retour en Alsace en 1920, il se consacre entièrement à sa peinture en partageant son temps entre le Nord de l’Alsace, où il réside en été, et Paris où il s’installe en hiver, jusqu’en 1940. Il est un peintre au talent reconnu, dont les œuvres de jeunesse innovantes ont suscité l’admiration unanime des critiques en 1920. Sa peinture lumineuse et contrastée, au chromatisme prononcé, traite de sujets très variés : natures mortes, portraits, paysages, scènes mythologiques, avec une prédilection jamais démentie pour les sujets bibliques. Toujours en quête de recherche, sa peinture traduit aussi ses doutes et ses engagements.

     

    Henri Beecke (2009)

    Henri BeeckeNé à Strasbourg en 1877, Henri Beecke (1877-1954) acquiert une solide expérience artistique aux Académies d’Art de Karlsruhe, Munich et Berlin. Après sa formation, il séjourne à Paris et à Metz avant de s’installer définitivement à Strasbourg en 1905.

    Il peint des paysages et des natures mortes, mais il est avant tout portraitiste. Influencé par la peinture de Manet et de Renoir, son œuvre s’inscrit dans le courant post-impressionniste jusque vers 1910, il revient par la suite à un certain classicisme et privilégie la ressemblance dans ses portraits. De son vivant, sa peinture connaît une bonne diffusion, au travers d’expositions en France et à l’étranger. Il expose dans les Salons parisiens ainsi qu’à Cologne, Berlin, Rome et aux Etats-Unis, à l’Académie de Pittsburgh.

    Cette exposition est la première rétrospective de l’œuvre de Henri Beecke depuis son décès, en 1954.

     

    René Beeh (2008)

    René BeehRené Beeh (1886-1922) est un artiste contemporain des peintres qui constituent le Groupe de Mai à Strasbourg à partir de 1919. Bien qu’il n’adhère pas à ce cercle, il entretient des liens d’amitiés avec plusieurs des artistes qui le composent. Son œuvre graphique, prédominante, s’inscrit pleinement dans le mouvement expressionniste allemand, et la Nouvelle Sécession munichoise à laquelle il adhère. Son voyage en Afrique du Nord, en 1910 et 1911, reste une de ses sources d’inspiration majeure, jusqu’à sa confrontation à la Grande Guerre. Son expérience du Front avec son lot d’horreurs et de violences, marque profondément son œuvre jusqu’à son décès prématuré et inattendu en 1922. Son œuvre peint, plus rare, s’apparente au réalisme avec une description objective et précise des natures mortes et des personnages dont il brosse le portrait.

    Cette exposition est la première rétrospective de l’œuvre de René Beeh en France depuis 1922.

     

    Martin Hubrecht (2007)

    Martin HubrechtL'œuvre de Martin Hubrecht (1892-1965) est surtout connue au travers des portraits réalisés entre 1922 et 1930. Mais le peintre aquarelliste alsacien, membre du Groupe de Mai de 1922 à 1934, est également un grand paysagiste.

    Cet aspect de son œuvre est révélé dans les tableaux qu'il peint lorsqu'il est établi à Reims, où il dirige l'Ecole des Beaux Arts à partir de 1941. L'exposition réserve une large place aux paysages de Champagne et des bords de l'Atlantique. De retour à Strasbourg à partir de 1962, il aime traduire dans ses derniers tableaux l'atmosphère animée des rues de la ville.

     

    Paul Welsch (2006)

    Paul WelschPaul Welsch (1889-1954) compte parmi les dix peintres alsaciens qui ont constitué le Groupe de Mai entre 1919 et 1934. Dès 1911 il se tourne vers Paris où il est parfaitement intégré aux milieux artistiques de la capitale. Après s’être essayé à la gravure, il se consacre surtout à la peinture et occasionnellement à l’illustration de livres. D’un séjour en Tunisie en 1920, il ramène des toiles baignées de lumière. Puis il opte peu à peu pour une palette de couleurs plus douce et c’est avec une égale aisance, qu’il maîtrise la peinture de paysages, de portraits et les natures mortes. Sociétaire des grands salons parisiens, son art est autant prisé dans la capitale qu’à Strasbourg où il continue d’exposer régulièrement.

    La peinture de Paul Welsch est essentiellement le reflet de sa sensibilité et de son intelligence. Aucun effet de mode ou de séduction ne transparaît dans ses toiles aux compositions très étudiées, qui témoignent souvent de son souci de perfection.

     

    Edouard Hirth (2004)

    Edouard HirthPeintre strasbourgeois, membre du Groupe de mai, Edouard Hirth (1885-1980) fut à la fois proche des préoccupations chromatiques de Cézanne et marqué par sa formation et son activité en Allemagne dans les premières années du XXème siècle.

    Les peintures de jeunesse nous font découvrir un artiste généreux qui, en quelques coups de pinceau vifs, sait brosser un portrait, restituer l’atmosphère d’un paysage ou suggérer celle d’un intérieur. Le portraitiste se révèle aussi dans des dessins d’une grande sensibilité. Ses œuvres de maturité témoignent d’une recherche plus minutieuse, où l’artiste traduit au travers d’une palette colorée et lumineuse la composition savante d’une nature morte ou la succession des plans d’un paysage.

     

    Luc Hueber (2003)

     

    Luc HueberLuc Hueber (1888-1974), peintre strasbourgeois, a produit durant plus de soixante ans une œuvre abondante et diverse, mais néanmoins marquée d'une profonde unité picturale qui reflète un perpétuel état de recherche. Ses tableaux témoignent de ses talents de coloriste tout en s'inscrivant dans le paysage culturel alsacien.

     

     

     

     

    Le groupe de Mai (2002)

    Le groupe de maiA partir de 1919, dix jeunes peintres alsaciens, animés par la volonté de rompre avec la tradition picturale régionale, se retrouvent au sein de ce que l'on désigne alors par Groupe de mai. Leur objectif est de suivre l'exemple de Paul Cézanne considéré comme le maître par excellence. Ils s'approprient tous, chacun à sa manière, un aspect de l'œuvre du peintre d'Aix, par l'analyse de la lumière, la richesse des couleurs, ou le traitement vigoureux des formes. L'exposition présentée à la Chapelle des Annonciades, illustra au travers d'une cinquantaine de tableaux et de dessins, le travail de chacun de ces artistes pendant la quinzaine d'années d'existence du groupe.

     

    Léo Schnug (2001)

    Léo SchnugPeintre et illustrateur talentueux, Léo Schnug (1878-1933) est avant tout un peintre épris d'histoire.

    Son œuvre riche et colorée ressuscite les lansquenets du Moyen-âge, les troubadours et, plus proches de nous, l'armée napoléonienne et les multiples bataillons de militaires du XIXe siècle.

     

     

     

     

     

    Camille Claus (2000)

    Camille ClausL'œuvre de Camille Claus (1920-2005) offre à notre regard un rêve. Son choix délibérément figuratif, atypique de la création picturale contemporaine, ne cherche pas une imitation de la réalité, mais la présentation d'un imaginaire...

     

     

     

     

     

     

    Emile Schneider (1999)

    Emile SchneiderEmile Schneider (1873-1947), le plus parisien des peintres alsaciens, est largement influencé par le courant impressionniste : ses sujets de prédilection, outre la peinture de portraits, semblent être les fêtes et les scènes de genre. Ses tableaux dévoilent tour à tour un caractère intimiste avec des scènes d'intérieur qui reflètent une ambiance familiale chaleureuse, ou des aspects de la vie publique avec des sorties de théâtre et des scènes de concert.

     

     

     

     

    Henri Loux (1997)

     

    Henri LouxPrincipalement dessinateur et aquarelliste, Loux (1873-1907) a produit au cours de sa courte carrière des paysages et des scènes de la vie paysanne, témoignant d'une Alsace souriante et prospère. Son décor pour un service de table de la faïencerie de Sarreguemines est à l'origine de sa grande popularité.

     

     

     

    Lothaire von Seebach (1996)

    Lothaire Von SeebachLa découverte de la peinture impressionniste est une révélation pour Lothaire von Seebach (1853-1930). Il aime à fixer sur la toile des atmosphères baignées de lumière. Ses tableaux sont des instantanés dans lesquels il met la passion de saisir le mouvement, en immortalisant les gestes simples des gens du peuple : petits artisans dans l'exercice de leur métier, paveurs, lavandières, repasseuses et bien d'autres encore.

     

     

    Louis-Philippe Kamm (1995)

     

    Louis Philippe KammEssentiellement portraitiste, Louis-Philippe Kamm (1882-1959) est le peintre du monde rural qu'il côtoie lors de ses séjours dans le Nord de l'Alsace. De ses toiles se dégage une certaine vigueur, une impression de monumentalité qui reste présente dans son œuvre tout au long de sa carrière.

     

     

     

     

    Gustave Stoskopf (1994)

    Gustave StoskopfPeintre alsacien par excellence, Gustave Stoskopf (1859-1944) a peint d'imposants portraits de paysans en costume traditionnel : figures immobiles au regard absent qui au travers de leur expression tout à la fois tranquille et résignée nous apparaissent comme des figures de musée, des peintures ethnographiques, témoignages d'une époque révolue.

     

     

    Regard sur le sacré / Le Verre Art Nouveau et Art Déco (1998)

    Regards sur le sacréA cette exposition, furent présentée de nombreux vases, lampes et coupes signés par les plus grands verriers de la fin du XIXème siècle. Emile Gallé, Daum, Désiré Christian, Auguste Jean ou encore Muller Frères sont représentatifs de la période Art Nouveau qui voit éclore puis s'épanouir l'art du verre entre 1870 et 1914. Puis, vers 1920, avec l'apparition du style Art Déco, l'art verrier renoue avec des lignes épurées et des formes géométriques.

     

    Retrouvez nos catalogues d'exposition disponibles à la vente ainsi que nos autres publications en cliquant ici !

    Site Sortir à Haguenau